Marval-Milhaguet

 

 

 

 

 

 

       Marval

MARVAL  Haute-Vienne

MENU PRINCIPAL

Dans cette rubrique             

 

 

 

  

 

 

 

Historique

Marval affirme sa personnalité de village Limousin avec ses maisons de caractère et un château, regroupés autour de l’église et de son clocher du XIIe siècle.

Au cœur du « Parc Naturel Régional Périgord-Limousin », Marval offre un coin de campagne dominée par la forêt, notamment de taillis de châtaigniers - d’où le nom de « Pays des Feuillardiers » - et les prairies où paissent les fameuses vaches « Limousines ». Ces paysages vallonnés, où l’eau est présente partout avec de nombreux ruisseaux et étangs, se découvrent en parcourant les petites routes sinueuses, ou mieux encore en empruntant les nombreux sentiers de randonnées qui relient les villages.

Jadis, Marval, voué à la polyculture et à la forêt de châtaigniers, fut une contrée pauvre et contestataire de l'autorité. C’est, en effet, à partir de ce territoire que sévit, au XIXe siècle, la "bande à Burgou", dont le chef Jean Gourinchas, dit « Burgou », célèbre brigand limousin, est né au village de La Nadalie où se trouve toujours sa maison. Cet épisode historique vaut à Marval son surnom de « Pays de Burgou » souvent employé pour désigner la commune.

Aujourd’hui, Marval-Milhaguet et ses nombreux villages ont su conserver leur authenticité. On y remarque souvent de belles maisons rurales de caractère traditionnel limousin et quelques maisons de maître (parfois appelées châteaux) car la région fut autrefois le lieu d’une industrie métallurgique basée sur la présence de charbon de bois et d’eau en abondance.

 

Cliquer sur image pour agrandir et sur flêche pour défiler

Le trésor perdu

Burette-reliquaire de Milhaguet
Provenant du "Trésor de Grandmont"
XIIIe s., cristal fatimide XIe s.
cuivre doré, argent niellé et cristal de roche
H : 28 ; H burette : 18 ; D : 12
Dépôt de la commune de Milhaguet au musée municipal de l'Evêché, 1980
Volée le 1.1.1981 au musée de l'Evéché

  

La burette de cristal gravé d'un aigle sur chaque face est ornée d'une monture en argent gravé, ciselé et niellé. Elle fut placée après 1666 sur un pied ancien de cuivre doré avec noeud de cristal de roche, décoré de médaillons circulaires gravés de scènes relatives au Christ, à la Vierge, à saint Martial, à sainte Valérie et à saint Etienne de Muret, et séparés par des rinceaux à entrelacs (source www.culture.gouv.fr)

La commune possède un patrimoine intéressant avec plusieurs édifices classés «monuments historiques » : l’église et le château de Marval, et l’église de Milhaguet.

L’église Saint-Amand de Marval, date du XIIe siècle. Elle comporte un clocher d'un étage à arcatures aveugles, couvert de bardeaux de châtaignier. A observer aussi les sculptures du portail et des chapiteaux dans le cœur.

Le château voisin, dit château de La Robertie ou des Robert, est du XIIIe siècle et a été remanié au fil du temps. La salle des gardes est la pièce la plus remarquable, ainsi que les escaliers, le four et les écuries. Le château se visite pendant l’été.

L'église de l'Assomption de la Très-Sainte Vierge de Milhaguet est également du XIIe siècle avec un portail d'inspiration charentaise. Elle est mise en valeur par sa situation un peu isolée des autres constructions du village et entourée de prairies. Vers 1650, l'église était en ruines et la cure de Milhaguet fut unie à celle de Reilhac.


On peut aussi signaler quelques autres curiosités.

Plusieurs «bonnes fontaines» attestent des anciennes pratiques des dévotions ou des guérisons : deux à Marval, Saint-Amand près de l’église et Sainte-Radegonde près du cimetière, deux autres à Milhaguet, près de l’église et au hameau de Carreau.

Près de Vitrac, se trouve un curieux bassin circulaire creusé par érosion dans un rocher ; pour les uns, c'est le « boisseau des dîmes » versées au seigneur ; pour les autres, c'est le « boisseau du diable », évoqué ici pour expliquer ce dont on ignore l'origine.

Pour ceux qui s'intéressent à l'époque Celte, ils trouveront près du hameau de Vansanaud, l'oppidum quadrangulaire de Puy-Chalard.

Après la révolution (1793),les communes de  Milhaguet et de Boubon sont réunies.

en 1803, Milhaguet est rattachée à La Chapelle Montbrandeix.

En 1843, Milhaguet redevient indépendante, mais cela ne sera confirmé qu'en 1845.

Enfin, en 1973, Milhaguet fusionne avec Marval, avec le statut de commune associée. Il en découle : maire-délégué, mairie annexe, section électorale, d'état civil et d'aide sociale.

En 2013, la section électorale disparait.